Retour

La Fierté dans la Capitale accueille chaleureusement l’engagement pris par le gouvernement afin d’interdire finalement les pratiques de conversion. Celles-ci causent de graves préjudices, elles perpétuent des stéréotypes et elles ont été largement discréditées. Afin de reconnaître les conséquences graves des pratiques de conversion, toute législation prévoyant l’interdiction de ces pratiques doit avoir une portée complète, prévoir du financement et du soutien pour les personnes survivantes, et comprendre une campagne de sensibilisation du public.

L’été dernier, le projet de loi C-6, qui prévoyait l’interdiction des thérapies de conversion, est mort au Feuilleton lors de la dissolution du Parlement. À la suite des élections, la Fierté dans la Capitale et une centaine d’autres organisations ont signé l’appel à l’action de la communauté, une initiative de No Conversion Canada, qui demandait au Parlement d’interdire les pratiques de conversion et d’appuyer les personnes survivantes.

L’appel à l’action prévoit un ensemble complet de critères dont la législation doit tenir compte. Ce document est accessible en cliquant sur le lien suivant : /bit.ly/3bqMh0r.

Le discours du Trône n’a pas prévu d’engagement quant à la fin de l’interdiction discriminatoire de dons de sang. Nous accueillons chaleureusement les nouvelles récentes selon lesquelles la Société canadienne du sang a annoncé qu’elle chercherait à obtenir l’approbation réglementaire afin de passer d’un processus de présélection discriminatoire à une approche axée sur les comportements. Cependant, nous continuons de collaborer avec la coalition Tous le même sang afin de promouvoir la fin de l’interdiction de don de sang dans les plus brefs délais. Pour obtenir de plus amples renseignements sur la campagne, visitez le site suivant : www.allbloodisequal.ca.

— 30 —