Sans vendre la mèche, sans lancer la pique: l’effacement de la résistance des personnes queers et trans noirs en Amérique du Nord

La Fierté dans la Capitale présente le panel de discussion “On va se dire les vraies affaires : l’effacement de la résistance queer et trans des personnes noires en Amérique du Nord”.

Cette activité comprend un panel de discussion et une période de questions en direct avec des spécialistes sur la relation amour-haine avec la résistance queer et trans des personnes noires en Amérique du Nord. Le durée de la discussion de groupe sera 1 h 45 min. La discussion sera diffusée en direct au moyen de Zoom.

Il s’agit d’une activité gratuite, mais l’inscription est requise.

Les quatres membres du panel comprennent Peppermint (activiste trans et concurrente dans la neuvième saison de RuPaul’s Drag Race), Jade Peek-Davies (consultante et pédagogue indépendante), Robert Alberry (coordinateur des communications et des relations communautaires chez Max Ottawa) et Debbie Owusu-Akyeeah (directrice générale du Centre pour la diversité des genres et de la sexualité. Le panel sera modéré par Kimalee Phillip, organisatrice et pédagogue féministe dans les domaines du syndicat et des droits de la personne.

Peppermint

Peppermint est une actrice, chanteuse, personnalité télévisuelle, drag queen et activiste américaine née à New York. En 2017, elle termine au second rang lors de la neuvième saison de RuPaul’s Drag Race. En 2018, Peppermint fait ses débuts dans Head Over Heels, comédie musicale inspirée le groupe The Go-Go’s, dans le rôle de Pythio, devenant ainsi la première femme ouvertement trans à tenir un rôle principal dans une pièce de Broadway.

Jade Peek-Davies

Jade est une artiste, organisatrice et pédagogue qui occupe actuellement le poste de directrice de la défense des droits et des soins communautaires chez Kind Space, premier organisme de bienfaisance 2SLGBTQ+ enregistré au Canada, à Ottawa. Elle est Néo-Écossaise, noire, trans, queer et micmaque. Elle est âgée de 25 ans et elle a vu le jour et et grandi à Kjipuktuk, Mi’kma’ki (Halifax, en Nouvelle-Écosse). Jade a obtenu un baccalauréat ès arts en histoire de l’art dans le cadre duquel elle s’est spécialisée dans les méthodologies africaines et autochtones à l’Université NSCAD et dans le cadre duquel elle a mis l’accent sur la création d’espaces pour la pédagogie. Elle a également effectué trois mandats consécutifs au sein du comité exécutif nationale de la Fédérations canadiennes des étudiantes et étudiants. En 2018, elle a terminé en étant vice-présidente et en produisant une trousse à outils antiraciste pour les campus. Jade a testé plusieurs eaux depuis 2014 afin de continuer à créer des tribunes au lieu de simplement en occuper une. Vous pouvez obtenir de plus amples renseignements sur les dernières initiatives de Jade en ligne. Kwe me’tal-wuleyn?! Taliaq, lnu’wi’tm! Teluisit. Jade aqq K’jipuktuk tle’iawi. Antaguejgwej aqq lnu’k tle’iawit.

Robert Alsberry

Robert Alsberry a vécu toute sa vie en tant qu’homme noir et queer. Il est né à Pittsburgh, en Pennsylvanie, et a grandi dans cette ville. Il a travaillé comme massothérapeute et infirmier autorisé après avoir obtenu son baccalauréat en soins infirmiers de l’Université Carlow. Après son déménagement au Canada en 2016, il a fait du bénévolat pour MAX Ottawa et il travaille actuellement au sein de cette organisation comme coordinateur des communications et des relations communautaires. La réalisation dont il est le plus fier est celle d’avoir lancé et co-animé Keeping it 100, un groupe de discussion continue actif depuis maintenant trois ans à l’intention des hommes noirs attirés par les hommes. Il est également membre du comité directeur du Black Gay Men’s Network of Ontario [Réseau des hommes noirs et gais de l’Ontario]. Robert a participé à un grand nombre de groupes de discussion, séminaires et symposiums sur les enjeux LGBTQ+, la réalité des personnes africaines, caribéennes et noires, le VIH, le sida ou la santé mentale.

Debbie Owusu-Akyeeah

Debbie Owusu-Akyeeah est une féministe noire comptant plus de huit années d’expérience dans le domaine de la défense des droits à l’échelle locale et internationale. Elle a occupé divers rôles allant de l’élaboration de programmes et le counseling jusqu’à l’analyse de politiques et la gestion de projets. Elle est la nouvelle directrice générale du Centre canadien pour la diversité des genres et de la sexualité (CCDGS). Elle a eu la chance de pouvoir combiner sa passion pour la justice sociale à celle du développement international chez Oxfam Canada, et de faire du bénévolat pour des organisations féministes comme La Marche Dyke d’Ottawa, le refuge pour femmes Harmony House et le Planning des naissances d’Ottawa. Elle est également membre du conseil d’administration du fonds d’accès Venus Envy visant à créer des occasions de financement pour les membres de la communauté qu’elle aime tant. Lorsque Debbie n’est pas en train de crier dans un mégaphone dans des manifestations ou d’organiser des événements, elle est probablement en train de jouer au rugby ou de faire un gâteau.

Modératrice

Kimalee Phillip

Orientée et guidé par la théorie et la pratique ancestrales, noires, queer et féministes, Kimalee Phillip est une Grenadienne d’origine africaine et autochtone qui vit sur les terres autochtones non cédées et occupées connues maintenant sous le nom de Toronto, au Canada. Féministe compétente, pédagogue antiraciste, autrice et organisatrice, elle est représentante des droits de la personne pour le Syndicat canadien de la fonction publique, le plus important syndicat de la fonction publique au Canada. De plus, elle appuie le mouvement féministe international dans le cadre de son travail avec l’organisation Women’s Rights in Development (AWID). Elle est membre du Caribbean Feminist Action Network [Réseau d’action féministe des Caraïbes] qui a récemment organisé un cours virtuel gratuit sur la société, l’écologie et l’économique. Vous pouvez accéder gratuitement aux matériels d’enseignement en ligne. Elle organise avec le Caribbean Solidarity Network [Réseau de solidarité caribéenne] à Toronto et elle a rédigé plusieurs articles et chapitres au sujet de ses mémoires et la Révolution de la Grenade.